top of page

L'importance de la respiration

Dernière mise à jour : 21 avr. 2023


La respiration est une fonction universelle, autonome qui assure naturellement la vie ! Et ce dans notre corps, tous nos organes, tous nos tissus, toutes nos cellules; elle a son propre rythme. Mais l’on sait aussi depuis bien longtemps qu’elle a une influence sur notre comportement, notre pensée et notre posture.

Elle est d’ailleurs très utilisée par les praticiens de yoga, de sophrologie et autres techniques de bien-être et de méditation afin de favoriser les états d’apaisement et de contemplation. En clinique, elle permet de calmer certains types d’attaque panique. Au niveau du stress, respirer lentement en expirant plus longuement, aide à faire passer une crise anxieuse.


Physiologie de la respiration


Définition du Larousse : Ensemble des phénomènes permettant l'absorption de l'oxygène et le rejet du gaz carbonique par les êtres vivants.

Physiologiquement, la respiration désigne à la fois les échanges gazeux résultant de l’inspiration et de l’expiration de l’air et la respiration cellulaire qui permet d’obtenir de l’énergie grâce à la dégradation du glucose par le dioxygène.

Okay.


Une "bonne" respiration a des effets positifs sur le cœur, la circulation sanguine, le système immunitaire, les organes, les muscles et les articulations.


Ses bienfaits sont nombreux ! Respirer : - détoxifie le corps, - augmente l’oxygène dans le sang, - augment la vitalité, - fait diminuer le stress et l’anxiété, - améliore la posture,

- aide à soulager/diminuer la douleur - aide à gérer les émotions, - renforce le système immunitaire - améliore la concentration - favorise le sommeil - améliore la digestion.


Comment ça marche au niveau du cerveau ?


Respirer est certainement le mouvement involontaire que vous faites le plus.

La respiration est la plus part du temps un acte automatique, et heureusement, contrôlé par par une partie du cerveau appelée, centre respiratoire. Elle est située à la base du cerveau. Grâce à elle nous respirons même en dormant.

Cependant, la respiration peut être contrôlée pour chanter, crier, pleurer, parler, se détendre, exprimer ses émotions, souffler des bougies, etc...

La respiration n'est pas assurée par les poumons. Nous ne gonflons pas volontairement les poumons en faisant "rentrer" de l'air dedans. Les muscles qui entrent en jeux sont:

  • Le diaphragme

  • Les muscles intercostaux

  • Les muscles du cou

  • Les muscles abdominaux


Et c'est le diaphragme qui joue certainement le plus grand rôle ! A l'inspiration il est actif, à l'expiration plutôt passif puisque c'est sont retour au repos qui fera que l'air est expulsé.

Le diaphragme forme une coupole, est situé à la base de la cage thoracique et sépare la partie thoracique de la partie abdominale, formant les limites supérieures du contenu viscérale. Il est en partie rattaché aux lombaires. Des tensions ou un dysfonctionnement du diaphragme peut dans certains cas provoquer des douleurs cervicales et lombaire !

Nous expirons naturellement avec aucun muscle !

La respiration expliquée de façon extrêmement simplifiée :

A l'inspiration le diaphragme se contracte vers le bas, écarte la cage thoracique, provoquant l'engouffrement de l'air dans les poumons, à l'expiration il se relâche, remonte et expulse l'air à l'extérieur.

Les muscles abdominaux seront plus utilisés lors d'effort physique comme la course par exemple ou pour gonfler un ballon .


Le diaphragme, vous l'aurez compris, peut se fatiguer très vite et sa mobilité très vite diminuée notamment lors de maladies neurologiques, d'accident ou sous le coup des émotions.


Respirons-nous bien ?


Aujourd’hui, l’homme moderne n’utilise que 8% de sa capacité respiratoire ! Et pourtant la respiration est essentielle à notre équilibre physique et mental, ainsi qu’au maintien de notre harmonie.

Pour connaître votre façon de respirer, à savoir uniquement thoracique ou harmonieusement thoracique et abdominale, mettez-vous en position assise et posez une main sur l’abdomen et l’autre sur la poitrine. Prenez une inspiration, si votre ventre se gonfle en premier c’est que votre diaphragme fait son travail, dans le cas contraire votre respiration est uniquement thoracique voire claviculaire.

Il est très important d’avoir une respiration naturelle qui mobilise le ventre. Pourtant le plus souvent, par mauvaise habitude, nous respirons automatiquement par le haut du corps, par le thorax. Or, cette respiration ne permet pas d’utiliser l’intégralité de nos capacités respiratoires et bloque le diaphragme davantage !


Peut-être est-ce dû à notre éducation où l’on apprend à rentrer le ventre et bomber le torse ?

La respiration abdominale

La respiration abdominale favorise le fonctionnement de l’organisme en permettant au diaphragme de se relâcher. Il s'abaisse à l’inspiration et remonte à l’expiration. Ce mouvement régulier occasionne un massage profond et constant du foie, des intestins, du pancréas, des reins, de la rate et des organes génitaux internes, ainsi qu’une bonne circulation sanguine dans tout l’abdomen.

La gêne respiratoire ou dyspnée est répandue et il est primordial de consulter un spécialiste qui saura vous guider car cette difficulté peut être liée à de nombreux troubles cardiaques, pulmonaires, allergiques ou psychogènes (anxiété, stress…).

Une respiration insuffisante et mal pratiquée entraîne une mauvaise oxygénation, une privation d’énergie vitale et une diminution de la santé, des douleurs.


En cas de stress, d’anxiété, d’angoisse, etc., le syndrome d’hyperventilation ou la spasmophilie peut se traduire par des étourdissements, de la fatigue, une impression d’étouffer, une vision qui se trouble, des douleurs dans la poitrine, des bouffées de chaleur voire une perte de connaissance.


La respiration et la sophrologie Pour amener la détente et favoriser l’écoute du corps et du mental, la sophrologie est basée sur trois procédés : - la respiration contrôlée, - la détente musculaire - la visualisation positive. La respiration est donc au centre de tous les exercices de sophrologie.

Petit exercice de respiration abdominale : - Debout ou assis, pieds parallèles et à plat sur le sol, le dos droit, poser une main sur le ventre, l’autre sur le cœur. Cela permettra de contrôler si votre respiration est abdominale ou thoracique. - Commencez par expirer doucement par la bouche tout l’air contenu dans les poumons, puis prenez une inspiration profonde par le nez en gonflant le ventre.

(Attention à ne pas courber le dos, avancer les épaules ou la tête !) - Puis soufflez tout l’air contenu dans les poumons, par la bouche, tout doucement, lèvres pincées comme pour souffler sur une flamme sans l'éteindre, en laissant votre ventre redescendre. - recommencez et portez attention sur les mouvements sous vos mains, le trajet de l’air et vos ressentis.

Quelques minutes suffisent pour pratiquer cet exercice et vous aider à vous calmer, réduire votre stress, vous recentrer et être à l’écoute de vous-même.


Si vous percevez que votre posture change pendant la respiration, placez-vous debout, dos, épaules et tête contre le mur, et recommencez l'exercice, sans décoller, les épaules, le dos ou la tête.


Dites-nous en commentaire, ce que vous avez observé !



61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page